krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue neuchâteloise contre le cancerQui sommes-nous ?Que faisons-nous ?Qui sommes-nous ?

Que faisons-nous ?

La mission première de la Ligue neuchâteloise contre le cancer est l’accompagnement psycho-social, le conseil et le soutien des personnes atteintes d’un cancer et leurs proches.

L’information et la sensibilisation de la population neuchâteloise à la prévention des cancers les plus fréquents est le deuxième pilier de son action.

Elle apporte également sa contribution à des associations neuchâteloise partenaires comme Vivre sans Fumer, Fourchette verte et Vivre comme avant.

 

Témoignage - Avril 2020

Comment une de nos assistantes sociales vit le confinement lié au Coronavirus

J’ai commencé le télétravail une semaine avant mes collègues car grâce à mes déplacements fréquents à la Chaux-de-Fonds, j’avais déjà tout l’équipement pour. Au début, cela a demandé de nombreuses adaptations. Comment allais-je pouvoir pratiquer mon métier d’assistante sociale, sans rencontrer les gens ? Très vite, il a été question de planifier et de faire des listes ! Que dois-je faire ? A qui téléphoner ? Quel est mon travail en cours ? Et puis aussi, il a été l’occasion de faire du tri, celui que je remets à chaque fois à plus tard mais que je ne fais jamais, faute de temps. Eh bien là, du temps, j’en ai !!

Même si je passe une bonne partie de mon temps de travail le téléphone scotché à l’oreille, j’ai tout de même remarqué que les demandes des patients étaient moins fréquentes qu’à l’accoutumée. Peut-être car ce temps de confinement nous permet de freiner notre rythme ? L’important pour la Ligue était toutefois de s’assurer que personne ne soit laissé de côté et que chaque personne ayant besoin d’échanger trouve une porte ouverte. Nous avons donc installé un système de déviation sur nos téléphones portables pour pouvoir continuer à soutenir nos patients, mais à distance.

Je dirai que je vis cette expérience de manière assez sereine, même si les échanges avec mes collègues me manquent beaucoup. Bien que j’apprécie cette parenthèse pour le calme qu’elle apporte dans mon quotidien d’habitude à 100 à l’heure, j’ai tout de même hâte de pouvoir reprendre un rythme normal. J’espère pouvoir bientôt revoir nos patients, nos amis et nos familles.

Chloé